AccueilEnvironnement et EauProtection des milieux naturels
ImprimerAAA

Protection des milieux naturels

Milieux_naturels-2


À la fois source de richesse et gage de qualité de vie, les milieux naturels sont essentiels au développement et à l’attractivité du territoire de la CMQ. Au cours des dernières années, la CMQ s’est engagée à mieux connaître ces milieux d’importance. Trois grands dossiers ont particulièrement retenu son attention.

Les milieux humides

Il est désormais reconnu que les milieux humides jouent un rôle crucial dans le maintien de la vie sur Terre, au même titre que les terres agricoles et les forêts. Les apports de ces milieux sur la rétention des eaux de ruissellement, la conservation de la biodiversité et la filtration naturelle assurant des eaux douces de qualité constituent des atouts indéniables pour assurer un environnement sain et durable.

En 2006, la CMQ réalisait un premier atlas des milieux humides de son territoire. En 2012, elle confiait à Canards Illimités Canada le mandat d’actualiser l’inventaire réalisé en 2006, le tout en collaboration avec le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs.

La cartographie rendue publique constitue l’information la plus précise et la plus à jour qui soit sur les milieux humides de 0,3 ha et plus présents sur le territoire de la CMQ. L’inventaire a été réalisé par photo-interprétation des photographies aériennes de 2011. Diverses reconnaissances aériennes et la validation sur le terrain d’un nombre représentatif de milieux humides ont permis d’augmenter le niveau de précision et de fiabilité des données. Cette mise à jour a également donné lieu à un important travail d’analyse et de validation de la part des composantes de la CMQ.

Les résultats obtenus révèlent la présence de 10 763 milieux humides couvrant une superficie totale de 32 534 hectares, soit 8,9 % du territoire de la CMQ.

Ces données permettront de faire valoir l’importance d’intégrer des mesures concrètes pour assurer la protection et la mise en valeur de ces milieux d’intérêt métropolitain.

 Rapport technique – Cartographie détaillée des milieux humides du territoire de la Communauté métropolitaine de Québec (mise à jour 2013)

RapTech_milieuxhumide2013

                                                                 

Atlas - Cartographie détaillée des milieux humides du territoire de la
Communauté métropolitaine de Québec (mise à jour 2013)

Atlas-Carto_milieuxhumide2013

                


Les rapports produits par Canards Illimités Canada, la cartographie détaillée des milieux humides du territoire de la CMQ ainsi que les quelque 2 300 photographies prises sur le terrain peuvent être consultés sur le portail de la CMQ à l’onglet GéoEnvironnement

La trame verte et bleue métropolitaine

Lancée en 2013, la trame verte et bleue métropolitaine permet la réalisation de projets concrets visant essentiellement à préserver, à mettre en valeur certains milieux naturels du territoire de la CMQ et à les rendre accessibles à la population. Il s’agit d’un outil de mise en œuvre du PMAD, lequel préconise notamment la mise en réseau d’éléments distinctifs de notre territoire afin de contribuer à son attractivité, à son rayonnement, à la qualité de nos milieux de vie et à la protection des milieux naturels. seront réalisés au cours des prochaines années. Un total de 12 projets répartis sur le territoire de la CMQ.

Afin de parfaire nos connaissances dans le cadre de la planification de cette trame verte et bleue métropolitaine, une étude portant sur les milieux naturels d’intérêt pour la biodiversité sur le territoire de la CMQ a été réalisée en 2015 en collaboration avec Conservation de la nature Canada. Cette démarche a permis d’identifier les milieux naturels présentant des valeurs écologiques supérieures et les zones possédant une grande richesse de biodiversité sur le territoire métropolitain.

CaptureMilieuxHumides

L’agrile du frêne

Les maladies des arbres peuvent avoir des conséquences sur l’ensemble d’une région. L’agrile du frêne, cet insecte exotique, a infesté plusieurs peuplements de frêne dans le sud du Québec. Actuellement, une zone règlementée par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) se localise à quelques dizaines de kilomètres du territoire de la CMQ. Les conséquences d’une infestation sont importantes : baisse de la valeur foncière, perte de canopée, disposition coûteuse des résidus verts infectés, etc. Les municipalités du territoire de la CMQ souhaitent en faire davantage afin d’atténuer les impacts d’une éventuelle infestation. Pour ce faire, elle coordonne des rencontres d’information et planifie des mesures afin d’aider le milieu municipal et forestier à faire face à cet insecte ravageur. Déjà, certaines municipalités du territoire ont entrepris des actions en installant des pièges pour détecter l’agrile du frêne et en remplaçant progressivement les frênes de piètre qualité.